Contexte

 

A l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, et à l’invitation des autorités néo-zélandaises, un monument commémoratif français sera construit au sein du Pukeahu National War Memorial Park à Wellington, et inauguré en 2018. Le parc mémoriel a été officiellement ouvert en avril 2015 dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale et intègre le tunnel « Arras », nommé en hommage aux tunneliers néo-zélandais qui ont creusé un réseau souterrain sous la ville du nord de la France pendant la Première Guerre mondiale.  

 

Don de la France à la Nouvelle-Zélande, la construction de ce mémorial est financée par le ministère français de la Défense. En accord avec le cahier des charges défini par les concepteurs du parc mémoriel, ce monument devra célébrer l’amitié et la relation entre la France et la Nouvelle-Zélande, dont l’engagement des troupes néo-zélandaises sur le sol français pendant la Première guerre mondiale constitue une illustration exemplaire. La méthodologie retenue pour l’élaboration du projet met l’accent sur un riche dialogue créatif entre les deux pays, afin de pleinement représenter leur union et leur histoire partagées.

 

Dans cet esprit, le cahier des charges proposé aux architectes s’appuie notamment sur les conclusions d’un symposium franco-néo-zélandais qui s’est tenu en France du 6 au 12 décembre 2015, avec le soutien du ministère de la Défense et de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale, et qui avait pour tâche d’identifier les grands enjeux historiques, esthétiques, mémoriels auxquels les architectes participant au concours devront être sensibles. Ce symposium faisait lui-même suite à une série d’entretiens menés auprès d’une trentaine de personnalités néo-zélandaises (artistes, historiens, designers, écrivains, personnalités qualifiées particulièrement investies dans les commémorations de la Première Guerre mondiale).

 

Le concours

 

Le concours d’architecture pour la conception du mémorial français du Pukeahu National War Memorial Park a été lancé le 25 avril 2016 en Nouvelle-Zélande.

 

Le lauréat du concours sera chargé par la France de la conception et de la réalisation du mémorial dont l’inauguration aura lieu en 2018. Le budget total alloué à ce projet par le gouvernement français est de 500 000 euros.

 

Le jury est composé de cinq personnalités françaises et néo-zélandaises :

  • Mme Florence Jeanblanc-Risler, Ambassadeur de France en Nouvelle-Zélande, co-présidente ;

  • M. Stuart Gardyne, architecte, directeur du cabinet Architecture+ et médaille d’or 2015 de l’ordre national des architectes de Nouvelle-Zélande, co-président ;

  • Mme Myriam Achari, Directrice de la Mémoire, du Patrimoine et des Archives du ministère de la Défense ;

  • M. Yves Le Maner, professeur d’histoire, membre du Conseil scientifique de la mission nationale du Centenaire de la Première Guerre mondiale ;

  • Mme Sarah Dennis, ancienne Ambassadeur de Nouvelle-Zélande en France, membre du comité du Fonds d’amitié France/Nouvelle-Zélande.

La première phase du concours s'est achevée le 30 juin 2016. 43 candidatures ont été au total soumises par des équipes néo-zélandaises et internationales en réponse à cet appel à concourir. Quatre projets s’appuyant sur un dialogue créatif entre la France et la Nouvelle-Zélande ont été sélectionnées pour la deuxième phase.

​​

Ce concours est organisé en partenariat avec l’ordre des architectes de Nouvelle-Zélande (New Zealand Institute of Architects) et en étroite collaboration avec le ministère de la Culture et du Patrimoine de Nouvelle-Zélande et la ville de Wellington. L'Ambassade de France en Nouvelle-Zélande tient également à remercier le cabinet Rider-Levett-Bucknall pour son généreux mécénat de compétences.

 

Le mémorial 

 

Le symposium organisé en décembre dernier a permis de définir certains éléments essentiels auxquels la conception du mémorial devra répondre :

  • l’amitié durable entre les deux pays et les obstacles, dans l’espace et dans le temps, qui durent être surmontés pour que celle-ci se développe.

  • les liens spécifiques construits entre les deux pays au travers de l’expérience partagée de la guerre, mais aussi les affinités culturelles qui les unissent.

  • un monument vivant, tourné vers l’avenir, illustrant l’histoire et les intérêts partagés guidant les deux pays vers des aspirations communes.

  • l'inclusion dans le mémorial d'éléments symboliques représentant la France ou provenant de France.

 

Calendrier 2016 du concours

 

25 avril – 30 juin : Lancement du concours, publicité et appel à manifestation d'intérêt

 

3 août : Annonce des candidats admis à concourir pour la deuxième phase.

 

1er aout – 5 octobre : Elaboration et proposition des candidats de la deuxième phase

 

12 octobre – 4 novembre : Délibération du jury sur les candidatures de la deuxième phase.

 

7 octobre – 11 novembre : Exposition au public des candidatures de la deuxième phase.

 

11 Novembre : Annonce du lauréat du concours

Image : Mémorial international de Notre-Dame‐de‐Lorette. Philippe Prost, architecte / AAPP © adagp – 2014 © Aitor Ortiz.